Tous les articles par Pierre Ecuvillon

Spécialisé dans la rédaction web, j'aide les professionnels à optimiser leur présence sur Internet. J'anime des formations liées à l'écriture web et au marketing.

7 astuces pour le référencement naturel en 2019

Si vous souhaitez connaître les mystères de l’algorithme de Google afin d’améliorer votre référencement naturel, alors ne restez pas sur cette page ! Le moteur de recherche californien garde jalousement ses petits secrets et quiconque prétend les connaître parfaitement est probablement un charlatan. Néanmoins, l’expérience permet d’avoir quelques idées sur les bonnes pratiques à mettre en œuvre pour que votre site ne traîne pas dans les méandres de Google

Les astuces présentées ici fonctionnent déjà depuis quelques années et les tendances actuelles incitent à penser qu’elles seront encore plus importantes en 2019 !

1. Misez sur l’expérience utilisateur
2. Améliorez votre taux de clics
3. Visez le Graal : le contenu mis en avant
4. Soyez exhaustif
5. Pensez aux mobinautes
6. N’oubliez pas la recherche vocale
7. Devenez un expert reconnu

1. Misez sur l’expérience utilisateur

Commençons par enfoncer une porte ouverte : avant de vous demander comment correspondre aux attentes de l’algorithme de Google, interrogez-vous plutôt sur ce que les utilisateurs recherchent en se connectant sur votre site Web. A cet égard, oubliez pour un moment l’acronyme SEO (Search Engine Optimisation) pour vous concentrer plutôt sur le terme français : référencement naturel.

Faites connaissance avec RankBrain

D’un point de vue marketing, la satisfaction des utilisateurs de votre site Web est importante. Votre contenu doit être apprécié afin que votre image de marque s’en trouve grandie et que les internautes vous fassent confiance. Du point de vue du référencement, cet élément est également central puisque l’algorithme de Google inclut une composante qui se base spécifiquement sur l’expérience utilisateur : RankBrain.

La firme californienne a récemment annoncé que RankBrain était devenu le troisième élément le plus important au niveau du classement des résultats présenté pour une requête.

Concrètement, RankBrain s’attèle à analyser la manière dont les utilisateurs interagissent avec les résultats d’une recherche. Deux éléments sont alors mesurés : le temps que passent les utilisateurs sur votre page et le pourcentage de personnes qui cliquent sur votre page. Ainsi, une page classée quatrième sur une requête Google pourra obtenir la première position si elle est fréquemment visitée et que les internautes consultent le contenu durant un temps significatif. A l’inverse, une page classée première qui obtient moins de clics et un temps de visite inférieur risque fort d’être rétrogradée !

Augmentez le temps de pause des utilisateurs

Les éléments précédents sont corroborés par la déclaration récente d’un responsable de Google Brain, qui a affirmé qu’un temps de pause important sur une page était un indicateur important pour RankBrain. Un temps de pause satisfaisant pour Google, c’est un peu plus de trois minutes. On retrouve ici l’importance de l’expérience utilisateur : si vous restez connecté longtemps sur un site web, c’est que vous appréciez son contenu, et si plusieurs internautes ont la même attitude, Google va rendre ce contenu encore plus facile à trouver.

Vous l’avez compris : placer les mots clés dans le titre et les sous-titres c’est bien, créer un contenu riche qui répond aux besoins des utilisateurs c’est mieux !

2. Améliorez votre taux de clics

Cet élément est bien sûr nécessaire à cause de l’importance de RankBrain, mais pas seulement. Avez-vous remarqué ce qu’il se passe quand vous faites une recherche sur Google ?

En haut de page, vous pouvez trouver :

Des annonces sponsorisées

Les annonces sponsorisées font passer les résultats du référencement naturel bien plus bas dans les résultats de recherche Google
Des miniatures proposées par Google

les images en miniatures sont tout en haut des recherches Google
Un extrait mis en avant

L'extrait mis en avant par Google qui occupe la position 0

Google a en effet tendance à proposer son propre contenu non pas en position 1, mais en position 0 ! Les résultats de recherche organiques sont étouffés avec des zones de réponse, des annonces, des carrousels d’images, des sections « les gens demandent aussi… », etc.

Cet élément a d’ailleurs une conséquence fâcheuse pour les créateurs de contenu : entre 2016 et 2018, le taux de clics sur les résultats de recherche organique a baissé aussi bien via ordinateur (5 %) que via smartphone (20 %). Cette tendance, qui a toutes les raisons de se prolonger en 2019, doit vous encourager à soigner particulièrement votre apparence dans les résultats des moteurs de recherche.

Pour ce faire, vous devez soigneusement remplir la balise méta-description de votre contenu. Outre la reprise du mot-clé principal, qui indique à l’internaute que la page va bien parler du sujet qui l’intéresse, vous pouvez ajouter des termes comme : facilement/facile, rapidement/rapide, simplement/simple, aujourd’hui, dès à présent, étape par étape… Ces mots vont aimanter les clics en promettant un contenu à la fois fidèle à la requête, clair, mais également rapide à assimiler pour l’internaute.

3. Visez le Graal : le contenu mis en avant

Depuis la fin de l’année 2016, Google propose à ses utilisateurs un extrait de contenu positionné au sommet des résultats de recherche (la fameuse position #0). Le but : répondre le plus rapidement possible à la requête de l’utilisateur. A l’heure actuelle, cela concerne environ 15 % des requêtes exprimées et tout laisse à penser que ce pourcentage va aller en augmentant.

Si vous parvenez à faire apparaître un extrait de votre site web dans un contenu mis en avant par Google, vous gagnerez de nombreux visiteurs et pourrez même concurrencer les liens Adwords.

Comment mettre son contenu en avant ?

Là encore, l’idée est de s’aider des requêtes formulées par les internautes. Vous pouvez utiliser des outils comme Ubersuggest ou simplement vous inspirer des recherches suggérées par Google. Le site Answer The Public s’avère également intéressant puisqu’il permet de synthétiser toutes les questions posées par les internautes pour un mot-clé donné.

Un exemple sur le mot-clé Rédacteur web

les questions liées au mot-clé

Même si ça n’est pas une garantie, le fait d’écrire un article sous la forme d’une réponse à une question peut faciliter la mise en avant du contenu.

Par la suite, vous devrez créer votre contenu en respectant les règles élémentaires du référencement naturel et de la rédaction web : des phrases courtes et synthétiques, des paragraphes de 3 à 5 phrases et une bonne structure avec des H2, H3 et H4 annonçant clairement le contenu des paragraphes.

Dans certains cas, il pourra être cohérent de créer un contenu sous la forme d’une liste ou d’un tableau, Google reprenant ce format pour certains des extraits mis en avant :

Un extrait mis en avant par Google sous la forme d'un tableau

Enfin, sachez que les extraits mis en avant par Google sont issus des sites qui apparaissent sur la première page pour une requête donnée. Si certaines pages de votre site web sont à ce point bien indexées, n’hésitez pas à y apporter de petites modifications pour grimper jusqu’à la position #0 ! Ces changements ne porteront pas nécessairement leurs fruits rapidement, mais rassurez-vous, le référencement naturel est affaire de patience et les résultats peuvent mettre plusieurs mois à arriver.

4. Soyez exhaustif

L’amélioration constante de l’intelligence artificielle des robots des moteurs de recherche fait évoluer les impératifs liés au référencement. Le temps où il suffisait de remplir correctement les balises Title ou H1 et de reprendre le mot-clé dans l’url de votre page est révolu.

Ces techniques On Page restent nécessaires mais elles ne suffisent plus à positionner un site web en tête des résultats.
Lorsque vous créez votre page ou votre article, vous allez être attentif au contenu et au contexte. Cela signifie que vous devez utiliser un ensemble d’expressions liées au mot-clé principal que vous avez choisi.

Amélioration conceptuelle

Pour savoir quelles expressions utiliser au niveau du contenu, vous pouvez vous baser sur le champ lexical du mot-clé. Par exemple, si vous créez un article sur la mer, votre texte devra contenir les termes eau, plage, vague, océan, bateau, etc. Cette variété du champ lexical sera en quelque sorte un indice qui permettra à Google de dire : « oui, cette page traite du sujet en profondeur, elle apporte des informations utiles à l’internaute ».

Amélioration contextuelle

Une fois passé cet enrichissement conceptuel du texte, vous pouvez encore améliorer votre potentiel de référencement en misant sur l’élargissement contextuel. Cet aspect va vous inciter une fois de plus à vous inspirer des recherches suggérées par Google pour développer votre contenu, en utilisant dans le corps de votre texte les termes les plus fréquemment associés à votre mot-clé principal. De cette manière, votre contenu correspondra à la fois aux attentes de Google et aux requêtes des internautes.

Dans l’exemple ci-dessous, le webmaster qui souhaite créer un article sur l’utilisation de Twitter devra inclure dans son texte les termes « entreprise », « association », « professionnellement », « efficacement »…

Les suggestions de recherche pour le mot-clé Twitter

Pas de limite longue pour les contenus

Vous allez donc devoir créer un contenu relativement long afin de répondre à un double objectif : traiter votre sujet exhaustivement et satisfaire le plus d’internautes possible. La longueur de votre texte est finalement un impératif indirect du référencement naturel. Les contenus du type « Guide ultime », « Tout ce qu’il faut savoir sur… » ont ainsi le vent en poupe et dépassent très souvent les 2 000 mots.

5. Pensez aux mobinautes

A l’heure où 60 % des recherches Google proviennent d’un smartphone, il est essentiel de proposer un site web compatible avec ce mode d’affichage spécifique. Le déploiement en cours de l’index Mobile First, qui construira le référencement d’un site web uniquement via sa version mobile, vient renforcer cette exigence. Pour que vos pages et articles ne soient pas boudés par les utilisateurs de smartphone, quelles sont donc les actions à mettre en place ?

Avant tout, il faut que votre site web soit conçu en design responsive, ce qui signifie qu’il doit offrir une ergonomie optimale quel que soit le support utilisé : smartphone, tablette ou moniteur d’ordinateur. Ceci afin d’améliorer l’expérience de l’utilisateur, qui ne doit pas avoir besoin de zoomer ni de faire défiler horizontalement votre site web pour consulter un contenu.

Un site avec version mobile ou un site responsive ?

Avec la diffusion des smartphones, de nombreux site web ont proposé à leurs utilisateurs une version mobile (celle où le « m » remplace les « www »). Si cette solution garantissait l’accessibilité, elle présentait toutefois plusieurs inconvénients : une maintenance plus complexe et un problème de contenu dupliqué entre les versions « m » et « www ».

Aujourd’hui, l’expérience des utilisateurs de smartphone doit être prise en compte dès la conception d’un site web, ce qui incite sérieusement à privilégier le design responsive. L’élément rassurant est que la plupart des systèmes de gestion de contenu ont déjà pris en compte cette exigence. Par exemple, si vous concevez un site sur WordPress, il sera automatiquement compatible avec la navigation mobile.

Comment mesurer la compatibilité de votre site avec la navigation mobile ?

Si vous avez des doutes, vous pouvez utiliser Mobile-Friendly, qui vous permet de vérifier la compatibilité de votre site web avec l’affichage des smartphones :

Une capture d'écran du site Mobile Friendly

Cet outil est intéressant puisqu’il ne mesure pas simplement la compatibilité technique de votre site web mais prend également en compte des éléments comme la vitesse de chargement. Les fonctions de Google Search Console vous permettent également d’analyser chacune des pages de votre site web afin de vérifier que l’ensemble du contenu que vous proposez est compatible avec la navigation mobile :

Une capture d'écran de Google Search Console pour l'analyse de la compatibilité avec la navigation mobile

6. N’oubliez pas la recherche vocale

Encouragée par l’utilisation de l’application Google sur smartphone et l’apparition de Google Home, la recherche vocale est un élément à ne pas négliger pour le présent et l’avenir du référencement naturel. Dès 2014, une étude montrait que 41 % des adultes et 55 % des adolescents utilisaient cette fonctionnalité plus d’une fois par jour !

Évidemment, pour que Google propose directement votre site web aux internautes effectuant une recherche vocale, vous devez être bien classé dans la recherche traditionnelle. Une écrasante majorité des contenus proposés par le moteur de recherche lors d’une requête vocale correspond en fait à ceux qui se classent dans les 3 premières places. Le contenu mis en avant par Google va également être privilégié à ce niveau.

L’optimisation globale du référencement naturel va donc servir l’optimisation au niveau de la recherche vocale, mais pour cette dernière, vous pouvez tout de même axer vos efforts sur deux points.

La longue traîne

Cette tendance incite à accorder de plus en plus d’importance à la longue traîne dans la stratégie globale de référencement naturel. Cela veut dire que vous devez être attentif à la définition d’un mot-clé global mais également à toutes les expressions moins utilisées, ceci pour deux raisons :

• Vous obtiendrez une bonne position dans les moteurs de recherche en travaillant sur ces expressions moins concurrentielles
• En enrichissant le mot-clé global d’expressions connexes, vous pourrez capter les requêtes longues des internautes

Le deuxième point nous intéresse particulièrement au niveau de la recherche vocale, puisque les internautes qui l’utilisent ont tendance à poser des questions complètes. D’autre part, il n’est pas interdit d’être inventif au niveau de la définition des expressions connexes, puisque 20 à 25 % des requêtes formulées par les internautes sont nouvelles !

En somme, pensez à développer votre contenu en vous demandant ce que l’internaute recherche concrètement. Vous devez répondre clairement à des questions précises, y compris à celles qui n’ont pas encore été posées.

Les questions-réponses

De nombreuses recherches vocales sont réalisées sous la forme de questions. Pour y répondre, Google va simplement chercher une page où apparaissent cette question et une réponse. Les résultats issus de Foire aux questions (FAQ) sont presque deux fois plus proposés pour une recherche vocale que pour une recherche classique.

Google ne va pas nécessairement proposer une page reprenant la question mot pour mot, sachant l’importance que représente le champ lexical pour le moteur de recherche, mais rien ne vous empêche de structurer votre contenu sous la forme de questions-réponses afin de maximiser vos chances d’apparaître en résultat d’une recherche vocale.

7. Devenez un expert reconnu

L’expertise et la fiabilité d’un contenu commencent à devenir particulièrement importantes aux yeux de Google. Le moteur de recherche publie chaque année un guide à destination des Quality Raters, à savoir ses employés chargés d’évaluer la qualité des pages web. La dernière version, parue en juillet 2018, insiste sur l’expertise et la réputation des rédacteurs.

Un extrait du guide de Google insistant sur l'expertise de l'auteur

A la lumière des instructions publiées dans ce guide, on peut préconiser quelques conseils :

• Intégrer l’identité et une biographie du rédacteur
• Donner la source des informations contenues dans votre page
• Laisser la possibilité aux visiteurs/consommateurs d’évaluer votre produit

A l’inverse, certains éléments doivent à tout prix être évités :

• Un titre « putaclic »
• Un contenu pas la hauteur de la promesse indiquée dans le titre
• Trop de publicités ou d’éléments distrayant le lecteur de la page

On ne devient pas expert en un jour, mais en vous concentrant sur une thématique dans laquelle vous avez de nombreuses connaissances et en développant des contenus de qualité, vous pourrez naturellement :

• Augmenter les visites sur votre site web
• Améliorer votre référencement
• Construire une stratégie de backlinks avec des sites web de qualité
• Être de plus en plus crédible aux yeux de Google

J’espère que cet article vous aura plu, intéressé et inspiré. Vous avez sûrement compris que l’algorithme de Google est complexe et évolue sans cesse. Mais n’oublions pas que ces évolutions visent à mieux connaître et comprendre le comportement des internautes, et que c’est en se mettant à leur place que vous aurez des chances d’améliorer votre référencement naturel. Si vous avez d’autres astuces permettant d’améliorer le référencement d’un site web, n’hésitez pas à me laisser un commentaire !

5 Contenus pour faire vivre son site web

Pour gagner de l’argent grâce à votre boutique en ligne ou simplement avoir plus de visites sur votre site web, il est essentiel de créer des contenus de qualité, qui dépassent le simple démarchage commercial. Voici quelques exemples de contenus qui fonctionnent et permettent à un site web de voir son trafic augmenter significativement.

1. Des contenus pour aider : les tutoriels

Véritables modes d’emploi en ligne, les tutoriels bien conçus ont les faveurs des internautes. Si vous avez un site marchand, vous pouvez concevoir des tutoriels correspondant aux articles que vous vendez. Vous y gagnerez en visibilité et en crédibilité ! Au niveau de la forme, choisissez celle qui vous convient le mieux : texte rédigé, vidéo ou pas à pas avec photos. Idéalement, essayez de vous baser sur plusieurs médias : du texte pour un bon référencement naturel et de la photo/vidéo pour retenir l’attention de l’internaute.

2. Des contenus pour informer : les actualités

En publiant des contenus correspondant à votre actualité et à celle de votre secteur d’activité, vous donnez des gages de sérieux et d’expertise. De nombreux évènements peuvent être prétextes à publier un contenu : évolution de la législation, innovation, salons de professionnels, etc. N’hésitez pas à communiquer sur ce type d’éléments pour engranger des bénéfices en termes d’image de marque et rassurer vos partenaires.

3. Des contenus pour détailler : les listes

Besoin d’améliorer votre taux de clic et d’être partagé sur les réseaux sociaux ? Les listes sont vos amies ! Elles permettent d’aller à l’essentiel tout en proposant un tour d’horizon assez vaste sur une thématique. Quel que soit le sujet que vous choisissez de traiter, si vous avez la possibilité de créer un article sous forme de liste, optez pour cette solution. Bien sûr, n’oubliez pas de mettre clairement en avant le format de votre article dans le titre, comme je l’ai fait pour cette publication. Selon l’agence de community management Buffer, les titres comportant un nombre génèreraient en moyenne 73 % de partages en plus sur les réseaux sociaux !

4. Des contenus pour expliquer : les articles questions-réponses

Si vous souhaitez publier un article de fond, qui contient beaucoup d’informations et dépasse les 1 500 mots, le format questions-réponses est particulièrement indiqué. Les internautes peuvent lire l’ensemble de votre texte ou au contraire choisir un passage qui les intéresse particulièrement. Pour optimiser la lisibilité d’un tel contenu, il est conseillé d’utiliser les ancres HTML : chaque paragraphe est ainsi accessible dès le début de la page grâce à un lien, à l’image d’un sommaire.

5. Des contenus pour concerner : les marronniers

En journalisme, le marronnier désigne un article consacré à un évènement récurrent. Que le terme soit devenu un peu péjoratif pour les professionnels de la presse ne signifie pas qu’il faut faire l’impasse sur ce type de contenus ! Si votre activité représente un regain d’intérêt à certaines périodes de l’année, il serait dommage de vous priver d’une bonne exposition. A titre d’exemple, gageons qu’un chocolatier qui dispose d’un site web a tout intérêt à publier des contenus ciblés pour Noël, Pâques ou la Saint-Valentin.

Si vous avez besoin d’aide pour créer vos contenus, vous pouvez obtenir plus d’informations sur mes services de rédaction web SEO et créer votre devis sans engagement.

5 RAISONS DE CRÉER DU CONTENU

Vous avez fini de développer votre site vitrine ou votre boutique en ligne : vous disposez désormais d’une présentation claire de votre entreprise et de fiches produits irréprochables. Vous vous dites que le gros du travail est fait, et qu’il ne reste plus qu’à attendre que les internautes se transforment en clients… Grosse erreur ! Une bonne stratégie de création de contenu vous donnera plus de chances d’atteindre votre cible.

1. Améliorer votre référencement

Si vous faites le bon choix, alors on peut vraiment dire que le contenu est roi ! Le bon choix, c’est celui des expressions et des mots-clés à partir desquels vous choisissez de développer du contenu. Même si votre site est déjà bien positionné sur les moteurs de recherche, vous pouvez miser sur d’autres types de requêtes pour développer de nouveaux contenus. Par exemple, pour un site web qui vend des produits liés à la randonnée, des articles ou des vidéos du type « comment bien choisir vos chaussures de randonnée » seront appropriés et permettront d’améliorer le référencement.

2. Développer votre image de marque

L’image de marque désigne la représentation que le public se fait de votre entreprise. Elle se base sur des éléments concrets, comme la qualité de vos produits ou services, votre nom et votre logo, ainsi que sur tout un ensemble d’éléments immatériels. Les très grandes entreprises consacrent énormément de ressources à l’amélioration de cette image de marque. Pour les petites structures, il peut être plus compliqué de sortir de l’anonymat. En ajoutant des contenus à votre site web, vous pouvez développer efficacement votre image en apportant des informations, de l’aide et des conseils correspondant à votre univers de référence.

3. Construire un statut d’expert

Si vous ajoutez sur votre site web des contenus apportant une véritable plus-value au niveau technique et informationnel, vous obtiendrez naturellement un surcroît de crédibilité. Il s’agit d’un aspect non négligeable, surtout si votre activité est de type B to B. Dans les entreprises, les processus d’achat sont en effet bien plus complexes que chez les particuliers, raison pour laquelle il faut miser sur une information claire plutôt que sur des effets de séduction. En affichant votre expertise sur votre site web, vous aurez davantage de chances d’obtenir de nouveaux clients.

4. Profiter de la viralité

Quel que soit le média que vous choisissez, n’oubliez pas de tout mettre en œuvre pour profiter de l’exposition offerte par les réseaux sociaux ! Les boutons de partage Twitter et Facebook seront les alliés de la diffusion de votre contenu. Vous pourrez ainsi toucher des publics qui ne font pas forcément partie de votre cœur de cible et ainsi augmenter votre notoriété. Pour avoir toutes les chances d’être twitté, partagé ou aimé, mieux vaut miser sur les contenus de qualité et répondre à des questions que se posent vraiment les internautes.

5. Enrichir la relation avec vos clients

Grâce à la création de contenu sur votre site web, donc votre propre média, vous pouvez nourrir et même améliorer la relation avec vos clients. A l’inverse de la communication commerciale, vous maîtrisez totalement l’interaction : il n’y a pas d’intermédiaire entre l’émetteur et le récepteur. Vous pouvez ainsi nouer des relations plus étroites et plus sincères avec vos clients. Le but est qu’ils ne vous considèrent pas comme une simple entreprise mais comme un partenaire de confiance, vecteur de conseils et d’informations dans un domaine particulier.

Ces différents points sont complémentaires les uns des autres et démontrent bien l’importance que représente la création de contenu. Si vous avez besoin d’aide pour élaborer votre stratégie de brand content (contenu de marque), vous pouvez me contacter.

Prochainement sur La Boîte du Rédacteur, vous découvrirez quels types de contenus vous pouvez mettre en avant sur votre site web.

10 QUESTIONS SUR LA RÉDACTION WEB

A l’image des métiers liés à la transformation numérique des entreprises, celui de rédacteur web souffre d’une image un peu opaque et donc d’un manque de reconnaissance. Or, pour être reconnu, encore faut-il être connu ! Cet article a donc pour but d’appréhender la réalité du métier de rédacteur web à travers 10 questions simples.

1. C’est quoi la rédaction web ?

Il faut bien commencer par une définition ! Comme son nom l’indique, la rédaction web désigne l’ensemble des techniques nécessaires à l’écriture d’un article ou d’une page destinée à être publiée sur le web. Le travail de rédaction pure est parfois prolongé par une analyse des performances de la page web : nombre de visiteurs, taux de rebond, mesure de l’efficacité du référencement, etc. Le rédacteur web peut également réaliser des tâches en amont de la rédaction : veille informationnelle, recherche de tendances et d’idées pour des articles…

2. Pour être rédacteur web, il suffit de bien écrire ?

C’est bien sûr nécessaire, mais pas suffisant… Écrire juste bien, c’est écrire pour rien ! Outre sa bonne plume, le rédacteur web doit être au fait des techniques du SEO (Search Engine Operator). En somme, la connaissance des techniques du référencement naturel permet à un article d’être trouvé via les moteurs de recherche et c’est ensuite l’écriture, la bonne construction de l’article et la présence d’informations significatives qui permettent à un article d’être lu.

3. Qu’est-ce que désigne le référencement naturel ?

Il s’agit de la bonne indexation d’un site ou d’une page web dans les moteurs de recherche (Google, Yahoo,Bing…). Concrètement, cela veut dire que pour une recherche sur un mot-clé donné, le site ou l’article apparaît dans les premiers résultats naturels (c’est-à-dire non sponsorisés) affichés par le moteur de recherche. Un bon référencement naturel dépend de plusieurs critères mais ceux maîtrisés par le rédacteur web sont les suivants : choix d’un mot-clé principal pertinent, bon remplissage des principales balises html, variation du champ lexical, etc.

4. Quels sont les contenus produits par le rédacteur web ?

Tous les contenus ayant vocation à être publiés sur le web peuvent par définition être pris en charge par le rédacteur web. On distingue généralement les articles, destinés à des blogs, et les pages, réservés à des sites web. Parmi ces dernières, on peut citer les pages de présentation d’un service ou d’une entreprise mais aussi les fiches produits, régulièrement confiées aux rédacteurs web.

5. Quelles sources utilise le rédacteur web pour écrire ses articles ?

Outre ses propres connaissances, le rédacteur web peut utiliser les informations déjà présentes sur le web. Toutefois, il doit être attentif à bien les reformuler pour ne pas tomber dans le piège du contenu dupliqué ! Pour certaines missions qui demandent des informations rares et spécifiques, le rédacteur web peut être amené à rechercher des sources dans des livres ou à interroger des spécialistes.

6. Comment devient-on rédacteur web ?

Il faut d’abord avoir un statut administratif : on peut opter pour le régime de la micro-entreprise, choisir un autre régime (même si la micro est idéale pour se lancer) ou faire du portage salarial. Il n’y a pas de prérequis officiels car le titre de rédacteur web n’est pas protégé, mais une grande curiosité, une aisance rédactionnelle et une bonne connaissance des techniques du référencement naturel sont les compétences essentielles à l’exercice de cette profession.

7. Quel coût représente la rédaction web pour mon entreprise ?

Pour une mission identique, les tarifs vont généralement du simple au quintuple selon l’expérience et l’expertise du rédacteur. Néanmoins, la rédaction web doit être considérée comme un investissement plutôt que comme un simple coût : un site web bien référencé qui apporte des informations concrètes aux internautes sera une source de rentabilité et de notoriété pour votre entreprise.

8. Comment choisir un bon rédacteur web ?

Plusieurs méthodes existent. Vous pouvez vous connecter sur les plateformes de freelances comme Codeur, Malt ou 404Works pour contacter directement des rédacteurs, ou encore utiliser un moteur de recherche en privilégiant une zone (rédacteur web Montpellier) ou une thématique (rédacteur web immobilier). Ensuite, il faut être capable de choisir un professionnel sérieux : si le rédacteur est capable de vous fournir un devis en bonne et due forme pour votre projet, c’est déjà un bon indicateur. Pensez également à demander des références au rédacteur sur la thématique à traiter.

9. Est-ce que je peux créer mes propres contenus rédactionnels ?

Bien sûr, mais cela risque d’être chronophage ! Même si vous êtes à l’aise avec l’écriture et que vous connaissez les techniques du référencement naturel, votre activité principale ne doit pas être mise entre parenthèses. En revanche, si vous souhaitez« avoir la main » sur les contenus de votre site web, il est tout à fait possible de fournir un écrit brut à un rédacteur web que celui-ci optimisera. C’est d’ailleurs une solution intéressante car les prestations de réécriture ont un tarif moins élevé !

10. Avec la robotisation rampante, quel avenir pour la rédaction web ?

Des grandes marques comme Samsung et Yahoo ont commencé à utiliser des robots rédacteurs pour créer leurs contenus. En France, le journal Le Monde mise sur cette technologie pour couvrir certains évènements. Largement paramétrables, les robots rédacteurs sont évidemment garantis sans faute d’orthographe et avec un haut niveau de respect des principes du référencement naturel. Pour autant, ils s’avèrent pour le moment incapables de produire un texte d’opinion, raconter de vraies histoires autour d’une marque ou introduire de l’émotion. Les rédacteurs en chair et en os ont donc encore quelques beaux jours devant eux !

Immobilier : 5 contenus à confier à un rédacteur web

La démocratisation de l’usage du web a bouleversé les pratiques des professionnels de l’immobilier. Le temps où les particuliers confiaient les yeux fermés leur bien ou leur recherche de biens à une agence immobilière semble révolu. A l’heure où les acheteurs et les vendeurs sont de mieux en mieux informés, les professionnels de l’immobilier doivent mettre en œuvre une stratégie de contenus adaptée aux spécificités du web.

Cet article présente 5 contenus qu’une agence immobilière peut confier à un rédacteur web.

1. Petites annonces immobilières

Pour louer ou vendre un bien immobilier, il convient de savoir le mettre correctement en valeur. Le rédacteur web peut créer une annonce permettant à l’internaute de se faire une première idée sur le bien en question. Loft, studio, duplex, maison de campagne ou penthouse, chaque logement a sa petite histoire, encore faut-il savoir la raconter !

2. Actualités liées à l’immobilier

Qu’il s’agisse d’évoquer les taux d’emprunt ou une éventuelle baisse d’impôts pour les acheteurs,  les actualités immobilières constituent un contenu de choix ! Elles participent au bon référencement du site web d’une agence immobilière et la positionnent comme experte de sa branche professionnelle.

3. Solutions de financement pour un projet immobilier

En présentant sur son site web différentes solutions de financement pour un projet immobilier, une agence immobilière apporte aux internautes un surcroît d’informations. Idéalement, ce type de contenus est associé à un simulateur de prêt pour permettre aux clients de se projeter concrètement dans un achat.

4. Présentation d’une agence immobilière

Ce contenu fait souvent défaut mais il peut faire la différence auprès des internautes ! Pour renforcer son identité, le professionnel de l’immobilier peut confier sa présentation à un rédacteur web. Celui-ci mettra en avant l’historique de l’agence, les valeurs qui l’animent, ses principaux domaines de compétence et les secteurs où elle intervient.

5. Guides et informations pratiques sur l’immobilier

Il est essentiel d’apporter une information claire à celles et ceux qui souhaitent acheter ou vendre un bien immobilier. Les conseils, informations pratiques et guides d’achat ou de vente sont des contenus prisés par les internautes. Le rédacteur web crée des textes originaux pour répondre à deux impératifs : renforcer la crédibilité de l’agence immobilière aux yeux de ses clients et améliorer le référencement du site web.

Vous souhaitez avoir plus d’informations pour votre projet de rédaction web en immobilier ? Vous pouvez créer un devis ou me contacter.

Rédaction de contenus web pour l’Agence Oblik

Présentation

L’agence Oblik regroupe trois graphistes indépendants implantés à Montpellier. Le trio appuie sa communication sur un site web épuré qui comprend la présentation de l’agence ainsi que le détail des prestations réalisées. Les trois graphistes disposent également d’une page de présentation sur le site de leur ancienne école, l’Ipesaa.

Besoins

– amélioration des textes détaillant les créations graphiques réalisées pour les clients
– refonte et actualisation de la page de présentation de l’agence Oblik sur le site web de l’Ipesaa

Réalisation de La Boîte du Rédacteur

Les textes de présentation des créations Oblik ont été enrichis et structurés. Après une courte introduction, ils sont organisés en deux paragraphes : l’un présentant le client et les spécificités de ses besoins, l’autre détaillant le travail réalisé par Oblik. L’intérêt était de montrer la convergence entre l’identité du client et les pistes de réflexion suivies par les trois graphistes. Le référencement naturel a été optimisé grâce à l’ajout des mots-clés comme « graphistes à Montpellier », « agence de graphisme à Montpellier », etc. Les textes sont consultables à cette adresse : http://www.agence-oblik.com/projets.html

La page de présentation de l’agence Oblik a été totalement réécrite. Il s’agissait de mettre à jour les informations et de donner au texte un ton plus dynamique, en insistant sur les valeurs prônées par le collectif : complémentarité, autonomie, créativité. La nouvelle présentation est également disponible en ligne : http://www.ipesaa.fr/galerie/oblik-agence-de-communication-et-de-design/

Comment trouver un bon rédacteur web ?

Vous souhaitez trouver un bon rédacteur web et vous êtes désorienté face à l’offre disponible ? Je détaille ici les différentes alternatives qui s’offrent à vous.

Utiliser une plateforme de rédaction web

Il existe en France une demi-douzaine de plateformes regroupant de nombreux rédacteurs web. Elles facturent le tarif au client et en reversent une partie à l’auteur du texte commandé. Ces plateformes sont avantageuses pour les professionnels dans le sens où elles garantissent une double relecture : celle de l’auteur et celle d’un relecteur spécialisé. Les commandes sont généralement rapidement exécutées car plusieurs rédacteurs web sont disponibles pour les traiter. Si vous passez commande sur une plateforme, vous avez souvent le choix entre un texte de qualité moyenne, conseillé pour le référencement, et un texte de qualité haute pour des besoins spécifiques. Pour un texte de 500 mots, les tarifs s’échelonnent de 20 à 30 € pour une qualité intermédiaire et de 30 à 150 € pour un contenu premium.

Faire appel à un rédacteur web indépendant

Sur des sites comme Malt ou 404 Works, vous avez accès à un annuaire de plusieurs centaines de rédacteurs web. Vous pouvez vous adresser directement à eux et détailler précisément votre projet de création de contenu. Pour faire votre choix, vous devez porter votre attention sur l’expérience du rédacteur web et ses spécialités, souvent renseignées sur son profil. Visiter les sites web professionnels des rédacteurs peut être aussi intéressant pour avoir une idée plus précise du style d’écriture et des compétences transversales. Enfin, les rédacteurs peuvent vous transmettre des textes déjà écrits afin d’attester leur expertise sur un sujet particulier. Une fois le rédacteur choisi, l’exécution de la commande peut être plus longue que sur une plateforme de rédaction web, surtout en cas de gros volume. Quant aux tarifs, ils varient énormément selon l’expérience et les spécialités du rédacteur. Pour donner une indication, un texte de 500 mots (référencement ou premium) sera facturé entre 50 et 300 €.

Que choisir ?

Au niveau du tarif, il semble plus avantageux de travailler avec des plateformes. Cette règle peut toutefois changer dans le cas d’une commande importante ou régulière, les rédacteurs web indépendants appliquant également des tarifs dégressifs. Si vous optez pour une plateforme, gardez à l’idée qu’un tarif plus alléchant peut rimer avec une prestation de qualité moindre. D’une part car rien ne vous garantit que votre texte sera pris en charge par un professionnel au fait des techniques de la rédaction web ; d’autre part car la somme reversée par la plateforme à l’auteur va inciter celui-ci – c’est humain ! – à privilégier la rapidité au soin porté à votre commande. En somme, excepté dans les cas où l’urgence prime, vous avez intérêt à travailler en direct avec un rédacteur web indépendant.

Qu’est-ce qu’un contenu premium ?

Dans cet article, je vais expliquer en quoi un contenu premium se distingue d’une prestation de rédaction web traditionnelle. La plupart du temps, le rédacteur web doit utiliser les techniques du référencement naturel pour écrire un texte destiné à être publié en ligne. Certaines entreprises souhaitent néanmoins que l’accent soit mis sur la qualité du texte plutôt que sur les techniques de référencement.

Dans quel cas demander des contenus premium ?

Plusieurs types de besoins peuvent inciter un professionnel à demander un contenu premium. Pour une plaquette de présentation, un flyer, ou tout autre support imprimé, il est nécessaire de s’appuyer sur un texte particulièrement soigné. Les contenus en ligne payants, par définition non référencés, doivent également justifier leur prix d’achat auprès des internautes en se distinguant par une écriture et un style impeccables.

Référencement naturel et contenu premium sont-ils inconciliables ?

Bien que Google ait de plus en plus tendance à préférer un contenu de qualité à une répétition fébrile de mots-clés, il garde encore des réflexes de robot ! Par exemple, si vous souhaitez publier un tutoriel sur la photographie de paysage qui soit bien référencé, vous avez intérêt à faire apparaître le mot-clé « photographier un paysage » dans le titre, dans les balises (ou sous-titres) et dans le texte lui-même. A l’inverse, si vous désirez créer un contenu en ligne payant sur le même thème, vous devrez plutôt miser sur davantage de variété.

Comment bien écrire un contenu premium ?

Bien écrire un texte publié et référencé sur le web et bien écrire un contenu premium sont deux choses différentes. Dans le premier cas, il est nécessaire de respecter les règles de l’écriture journalistique et celles du référencement naturel : pour faire simple, phrases courtes et répétitions (raisonnées) de mots-clés. Dans le second cas, l’auteur peut davantage s’appuyer sur son style, écrire des phrases plus longues, utiliser des termes très techniques et varier son vocabulaire. En somme, si Google favorise de plus en plus les articles de qualité et qu’il est tout à fait possible de bien écrire en respectant le référencement naturel, le contenu premium et ses particularités restent incontournables pour certains besoins spécifiques.

9 astuces pour bien communiquer sur Twitter

Pour bien communiquer sur Twitter, il faut exploiter à fond les possibilités offertes par ce réseau social. Voici une liste non exhaustive de 9 astuces qui me paraissent incontournables lorsqu’on possède un compte Twitter professionnel.

1. Tweeter souvent

Twitter est un flot continu d’informations dans lequel il faut absolument se distinguer. Si vos abonnés suivent environ 100 comptes, il faut tweeter souvent pour parvenir à sortir du lot et avoir une chance d’être repéré.

2. Utiliser des images

Les tweets comportant une image ou une vidéo interpellent et ont généralement davantage d’impressions. N’hésitez pas à vous créer une bibliothèque d’images spécialement dédiée à votre compte Twitter.

3. Multiplier les interactions

Il faut garder à l’esprit que Twitter est un réseau social. En interpellant directement d’autres abonnés pour lancer une discussion, vous générerez une image positive et montrerez que vous n’êtes pas là juste pour l’auto-promo !

4. Illustrer ses tweets

En utilisant des émojis avec parcimonie, vous donnerez plus de chances à vos tweets d’être remarqués. Twitter possède une collection bien fournie mais en cas de besoin vous en trouverez d’autres ici ou .

5. Tweeter aux jours et heures de pointe

Centré sur l’information, Twitter est davantage fréquenté pendant les jours ouvrés, avec une petite relâche le vendredi. Idéalement, vous pouvez tweeter du lundi au jeudi aux alentours de 9 h, 12 h et 15 h.

6. Utiliser des hashtags

En intégrant des hashtags (ou « mots-dièse ») à l’intérieur de vos tweets, vous pouvez élargir votre audience. Il est en effet possible d’atteindre des utilisateurs qui ne vous suivent pas mais qui effectuent une veille sur les termes mis en hashtags.

7. Limiter le nombre de caractères

Même si la limite est récemment passée à 280 caractères par tweet, mieux vaut faire court pour bien communiquer sur Twitter. Vous aurez plus de chance de capter l’attention en faisant bref et efficace.

8. Remercier ses nouveaux abonnés

Un petit remerciement est toujours bien vu sur Twitter, et vous servira à faire passer des informations. Par exemple : « bienvenue sur notre compte Twitter, n’hésitez pas à visiter notre site web ».

9. Utiliser un client Twitter

Un client Twitter est une application permettant d’optimiser l’affichage et les fonctionnalités de ce réseau social. En configurant un client Twitter comme Hootsuite ou Tweetdeck, vous aurez accès à davantage de fonctionnalités : programmation de tweets, veille sur des mots-clés précis, création de liste de comptes, etc.

Si vous avez d’autres astuces pour bien communiquer sur Twitter, merci de me laisser un commentaire !

Qu’est-ce que la e-réputation et comment l’améliorer ?

L’e-réputation correspond à l’image que donne une société sur Internet. Bien sûr, l’entreprise peut contribuer elle-même à sa bonne e-réputation, mais cette dernière est aussi le fruit des discussions, remarques et critiques provenant des internautes. A l’heure des réseaux sociaux, des blogs, des forums et des sites d’opinion, n’importe quel internaute a le loisir de s’exprimer sur une entreprise, positivement ou négativement. L’image de l’entreprise peut donc être mise en valeur, mais sa notoriété risque aussi d’être dégradée en cas de critiques négatives trop nombreuses !

Contrôler l’e-réputation

Une entreprise soucieuse de son e-réputation a tout intérêt à mettre en place une veille sur Internet. Avoir toujours un œil sur les tendances et même les créer en affirmant sa présence sur la Toile est la méthode idéale pour contrôler son e-réputation. Renvoyer une bonne image sur le Web passe aujourd’hui par une présence affirmée sur les réseaux sociaux mais également par une maîtrise des résultats de recherche affichés par Google.

L’importance de Google dans l’e-réputation

Google est un élément important au niveau de l’image que renvoie un dirigeant ou une entreprise. Nombreux sont les internautes qui « googlisent » une marque ou un nom pour obtenir des informations : les clients, les investisseurs, mais également les partenaires ou les employés. En tapant votre nom ou celui de votre marque sur Google, ils obtiennent une page de résultats qui va avoir un impact sur les décisions qu’ils vont prendre à votre égard. C’est pour cette raison qu’il est important de pouvoir influer sur le contenu de cette page Google, à travers une stratégie globale où le contrôle de l’e-réputation rejoint les efforts en termes de référencement. Dans cette optique, il peut être utile de faire appel à un rédacteur Web, qui rédigera des textes optimisés SEO qui aideront à diffuser et à contrôler la bonne image d’une société.